mardi 12 mai 2015

Le secret d'Orbae

"Un monde existe-t-il sans notre regard ? Oui, à l’évidence, mais il ne nous révèle que ce que nous voulons y voir, et c’est notre regard qui lui donne un sens." 

Toujours à la recherche d’un roman de préférence de fantasy. On m’a proposé celui-ci. Du fantastique, un voyage, une belle promesse exotique. J’ai prit, accrochée par la couverture et la quatrième agrémentée d’un dessin de constellation, comment ne pas céder ? Tout reste dans le thème du livre. Globe-trotters vous pouvez y aller.

Cornélius est un marchand de tissus. Un jour, il découvre l’existence de cette sublime toile de nuages. Un tissu capturant la couleur du temps, qui ne se trouve que sur l’île d’Orbae, là où se trouve la Montagne bleue. Personne n’a entendu parler de cet endroit, mais qu’importe, il  part en quête de cette toile.
Ziyara gardienne de chèvres se retrouve adoptée par l’océan. La voilà écumant les flots de long en large.
Deux destins différents qui pourtant ne tarderont pas à se croiser.

Après des études de communication visuelle, François Place devient illustrateur français avant de se mettre à l’écriture jeunesse. Il écrit un Atlas en trois tomes sur Orbae, Le secret d’Orbae est sa prolongation. Il reprend l’univers avec de nouveaux personnages.

Un magnifique voyage dans un monde totalement étranger. On y rencontre des créatures fantastiques, des animaux inconnus mais également différentes cultures en fonction des pays que traversent les héros. Tout ceci agrémenté de rencontres sympathiques ou pas. Le récit est riche et diversifié. J’ai vraiment voyagé avec eux dans un univers très exotique. Même si c’est dépaysant, on garde quelques repères puisque certains pays trouvent racines dans une culture réelle. Le roman se présente en deux parties. L’histoire de Cornélius et celle de Ziyara, chacune racontée d’un point de vue interne avant de se rejoindre. L’écriture elle aussi fait voyager.


Le secret d’Orbae, François Place, Casterman, 2013, 421 pages


ABC Challenge 2015

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire